Bobines Rebelles 2017

.

SAMEDI 18 NOVEMBRE

Journée Ni dieu, ni maître. Ou tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’anarchisme sans jamais oser le demander.

.

Ouverture des portes à 14H00

 à partir de 15h – Ni Dieu ni Maître, une histoire de l’anarchisme, parties 1, 2 & 3 (EXTRAITS INÉDITS) (& bonus) de Tancrède Ramonet (documentaire) en présence du réalisateur

Ni_Dieu_ni_maitre_une_histoire_de_l_anarchisme

Ce film documentaire déjà culte retrace l’histoire dense, complexe et mal connue du mouvement anarchiste. Beaucoup en ont déjà vu les versions courtes diffusées notamment sur la chaîne Arte. Il sera ici projeté en version longue, avec les bonus, et des extraits de sa troisième partie entièrement inédite, consacrée à la période plus récente (1945-2001), que nous présentera le réalisateur Tancrède Ramonet. Cette partie aurait du être diffusée par Arte dans la foulée de deux autres, mais le projet est pour le moment en suspend… Tancrède Ramonet nous expliquera peut-être pourquoi lorsque l’histoire passe en couleurs elle devient souvent plus dérangeante.

 15h – 1ère partie : La Volupté de la destruction (1840-1914), version longue  (durée : 1h30)

 17h – 2ème partie : La Mémoire des vaincus (1911-1945), version longue (durée : 1h30)

 19h00 – Bonus : L’affaire Schwartzbard : anarchisme et antisémitisme (7 min) ; Mujeres libres : l’anarchie et les femmes (3 min) ; Anarchie en Mandchourie (5 min)

.

  • – à partir de 19h30 : REPAS DES PARTAGEUX : chacun apporte ce qu’il veut partager. Le groupe Kropotkine concoctera une soupe pour l’occasion.

 

20h30 – 3ème partie : Les réseaux de la colère (1945-2001), EXTRAITS INÉDITS présentés par le réalisateur Tancrède Ramonet (durée : 1h30)

– la projection sera suivie d’un DÉBAT avec Tancrède Ramonet –

.

******************

DIMANCHE 19 NOVEMBRE

de 14h00 à 22h00

*********************

Ouverture des portes à 14h00

 15h – AVANT-PREMIÈRE : Mémoires d’un condamné de Sylvestre Meinzer (documentaire, durée : 1h25) – en présence de la réalisatrice

 memoires_d_un_condamne_la_bonne

Essai documentaire, film de luttes, tentative de porter la mémoire ouvrière… le film part de, et raconte, l’histoire de Jules Durand, que certains appellent le « Dreyfus du Syndicalisme ». Ouvrier charbonnier au port du Havre, condamné injustement à la peine de mort par une justice criminelle, gracié sous la pression d’une campagne internationale de soutien, rendu fou par la prison, enfin libéré et brisé… cet homme fut détruit pour ses engagements dans l’action syndicale… Il est un symbole dont ne reste aucune archive, il est l’oublié d’une histoire ouvrière effacée par le pouvoir.

« L’affaire Jules Durand est un des cas les plus violents de la justice de classe que l’on puisse imaginer » Jean Jaurès

– la projection sera suivie d’un DÉBAT avec Syvestre Meinzer –

 

18h – AVANT-PREMIÈRE : Mélancolie ouvrière de Gérard Mordillat (fiction historique, durée : 1h30) – en présence du réalisateur

Melancolie-ouvriere-affiche

LUCIE BAUD  est l’une des premières syndicalistes françaises qui, en 1905 et 1906 mena les grandes grèves dans les filatures de tissage de la soie à Vizille et Voiron, près de Grenoble. Lucie Baud – comme Norma Rae ou Bertha Boxcar – est une de ces femmes exemplaires, de ces héroïnes du quotidien dont la vie familiale, la vie amoureuse et la vie militante ne sont qu’une seule et même vie que retrace Mélancolie ouvrière. Une vie vouée à briser  » l’infinie servitude des femmes « …

Lucie Baud est interprétée par Virginie Ledoyen, entourée par Philippe Torreton, François Cluzet, Marc Barbé, François Morel…

– la projection sera suivie d’un DÉBAT avec Gérard Mordillat  –

.******************

TABLES DE PRESSE ET BUVETTE PENDANT LA DURÉE DU FESTIVAL

.